Critique Rétro : « L’étrange Noël de Monsieur Jack » de Henry Selick

Tous les vendredis, retrouvez la Critique Rétro dans laquelle on se penche sur un film qui a influencé la pop-culture !

Sorti le 7 décembre 1994, « L’étrange Noël de Monsieur Jack » est un film d’animation réalisé par Henry Selick et produit par Tim Burton. Au doublage, on retrouve Chris Sarandon, Danny Elfman, Catherine O’Hara, Paul Reubens, William Hickey, Glenn Shadix et Ken Page. Le film devait initialement être réalisé par Tim Burton mais ce dernier a dû laisser sa place à Henry Selick car il était déjà occupé avec le tournage de « Batman : le défi ». Le long-métrage retrace l’histoire de Jack Skellington, un épouvantail squelettique aussi surnommé « le Roi des citrouilles », un maître de l’épouvante, qui occupe ses journées à préparer la fête d’Halloween. Cependant, cette routine le lasse considérablement et alors qu’il vagabonde dans la forêt, loin de son village, il tombe sur sept arbres qui abritent chacun un accès vers des villes qui représentent des fêtes. Il ouvre celle qui mène à Noël et se retrouve aspiré à l’intérieur. Émerveillé par ce qu’il y trouve, il décide alors de kidnapper le « Perce-Oreille » où Père Noël, afin de prendre sa place et fêter son propre Noël. Cependant, tout ne se passera pas comme prévu…

« L’étrange Noël de Monsieur Jack » est un énorme succès critique, il reçoit l’Oscar des meilleurs effets visuels en 1994 ainsi que le Golden Globes de la meilleure musique 1994Les Cahiers du cinéma le classe également 5ème meilleur film de l’année 1994. Malgré cette reconnaissance critique des professionnels, le film ne connaît pas un bon succès commercial puisqu’il n’attire qu’un peu plus de 250 milles spectateurs en France. Aux États-Unis, le film génère 75 millions de dollars de recettes pour 88 millions de dollars dans le monde.

Un poème enchanteur

La grande force de « L’étrange Noël de Monsieur Jack » c’est que son animation n’a pas vieilli. Le long-métrage n’était pas bourré de 3D comme les productions actuelles, ce qui lui permet d’être très agréable à regarder. Certes, on sent que le film n’est plus à la pointe de la technologie, mais cela ne dégrade en rien sa qualité visuelle. 

Le film a beau être assez court (1h15), il n’en est pas moins très attachant. En effet, le script ne se perd pas dans des détails inutiles et va à l’essentiel : faire rêver le spectateur. Il y parvient parfaitement. « L’étrange Noël de Monsieur Jack » n’est pas un simple film d’animation. C’est un poème enchanteur, une fable. Au fur et à mesure de cette incroyable aventure, on se laisse bercer comme dans un conte pour enfants. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Un personnage tente d’enrayer sa morne routine qui sera brisée par la découverte de la fête de Noël. La seule différence avec un conte classique, Tim Burton oblige, c’est que c’est l’antagoniste qui est le héros de l’histoire.  

Une ode à la différence

Comme souvent dans un film d’animation, derrière le conte pour enfants se cache une morale destinée à tous. En effet, l’histoire fait cohabiter ce qui en apparence n’est pas fait pour s’entendre. Un personnage d’Halloween se met à rêver en découvrant Noël, deux fêtes complètement contradictoires dans leur symbolique. Halloween est le jour où l’enfer est le plus proche de la Terre tandis que Noël célèbre la naissance de Jésus. Au-delà de cette différence symbolique, le film fait surtout cohabiter le laid et le beau.Après avoir gâché la fête de Noël, Jack se rend compte de son erreur et part secourir le père Noël des griffes d’Oogie Boogie. Le Père Noël délivre ensuite ses cadeaux, les familles étant encore plus heureuse qu’habituellement de les recevoir après avoir vécu un véritable cauchemar avec les cadeaux de Jack. On ne peut connaître le bonheur qu’en ayant connu le malheur. 

En plus de cette cohabitation en apparence improbable, ce qu’il faut aussi retenir de la morale du métrage, c’est le désir de l’inconnu. Jack Skellington est en effet en pleine dépression par rapport à son quotidien qui est de préparer le Halloween suivant. Si Noël est son contraire, ce qui est attrayant, c’est surtout l’inconnu, le fait de découvrir quelque chose de nouveau. Rester en place et faire ce pour quoi on est attendu n’est pas suffisant. Jack incarne ce désir de toujours aller vers l’inconnu. Le personnage de Sally représente également ce fait. Elle ne veut pas exister que comme invention du Dr. Finkelstein et son amour pour Jack la pousse à s’enfuir de sa tour pour le rejoindre. 

Des superbes chansons

Un autre point fort du métrage : ses chansons. Contrairement à d’autres comédies musicales d’animations qui intègrent des chansons à chaque fois qu’un personnage ouvre la bouche, ce qui a pour conséquence de considérablement allonger le film et le rendre ennuyant, aucune chanson du film n’est là au hasard. Chacune fait avancer l’intrigue et permet soit d’introduire un lieu, soit d’en apprendre plus sur un personnage. Elles ont toutes un thème différent, l’ennui, l’amour ou encore la découverte. Mention spéciale pour celle plus rythmée et dansante d’Oogie Boogie pendant la confrontation finale, interprété brillamment par Ken Page.  

Conclusion 

Il ne faut pas avoir peur des mots. « L’Étrange Noël de Monsieur Jack » est un film d’animation culte et intemporel. L’un des tout meilleurs, si ce n’est peut-être le meilleur de Disney. Un long-métrage trop peu reconnu par rapport aux autres alors qu’il est au sommet de la pyramide. Une fable magique et rêveuse qui comporte un vrai propos social et humain. Un très grand film dans son genre.

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous.

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

5 réflexions sur “Critique Rétro : « L’étrange Noël de Monsieur Jack » de Henry Selick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.